© 2020 by Ic3y Mag

Entrevue avec La Société des Loisirs: Le tout nouveau café-disquaires de Québec

March 12, 2020

Pour célébrer l'arrivée du tout nouveau café-disquaire de la Ville de Québec, La Société des Loisirs, je me suis entretenu avec Olivier Bresse, l'un des membres fondateurs, pour discuter de la création de ce projet innovant.

 

 

 

1. Pour débuter, qui êtes-vous et comment vous êtes-vous rencontrés pour donner vie à La Société des Loisirs?

 

La Société des Loisirs c’est Jean-François Bilodeau, Audrey Lapointe et moi-même. Audrey a terminé sa maîtrise en Architecture, Jeff a étudié en percussions classiques et a vendu de la musique longtemps chez Archambault et j’ai étudié en Histoire pour finalement devenir musicien pour Valence et agent de spectacle chez Boite Béluga. Nous nous sommes rencontrés tous les trois au café/bar où je travaillais à l’époque et à force de jaser ensemble, on a tissé des liens autour de notre passion pour la musique et l’hospitalité. C’est là qu’on a commencé à rêver à ce qu’est devenue la Société des Loisirs! 

 

 

2. Justement, qu'est-ce que La Société des Loisirs exactement?

 

C’est une presse à vinyles et un café-disquaire situés au centre-ville de Québec.

 

Concrètement, on opère une LiteTone de chez Viryl Technologies pour le côté presse à vinyles. Le choix s’est arrêté sur cette machine parce qu’elle permet de nous concentrer sur les petits tirages et les disques couleur. Pour nous, c’est une façon d’avoir une offre adaptée au marché québécois, en plus de nous offrir une niche peu exploitée au Canada. On s’inscrit en continuité avec les grandes presses à vinyles installées depuis longtemps au lieu de se mettre en compétition directe avec elles.

 

L’idée derrière la presse à vinyles c’est de démocratiser le processus d’impression pour les artistes d’ici. On désire autant travailler avec les maisons de disque qu’avec les artistes indépendants pour qui le processus peut être vraiment long, compliqué et coûteux. On est là pour répondre aux questions et diriger nos clients le plus possible. 

 

Dès le début des discussions, c’était clair pour nous qu’on aurait un espace pour accueillir des gens. C’est l’intention derrière le café-disquaire. On continue de baigner dans notre amour pour la restauration et l’hospitalité en offrant ce qui deviendra un lieu d’échange, de découverte et de partage de la musique. C’est aussi un endroit pour venir prendre un breuvage et profiter de l’ambiance ou venir nous jaser et repartir (qui sait?) avec un ou quelques vinyles. On mise sur un espace comptant des petits salons, des tables ainsi que plusieurs places centralisées autour de notre comptoir à café. 

 

Au niveau de la sélection de disques, on offre ce qui nous fait tripper. On n’est pas niché dans un seul style, on offre de l’indie, du jazz, du disco, de la musique du monde, de l’ambiant et de la musique expérimentale. On pige autant dans les albums classiques de ces différents styles que dans les nouveautés. 

 

 

3. Quels ont été les plus gros défis à relever lors de la création du projet?

 

On a passé les 18 derniers mois à escalader des montagnes pour faire naître le projet. Du fait que nous sommes trois entrepreneurs à notre premier projet, c’est certain qu’on avait nos preuves à faire. Je te dirais que le plus gros défi, mais aussi notre plus belle réussite, a été de convaincre les bonnes personnes pour aller chercher le financement et l’accompagnement nécessaires. Il faut savoir que très peu de statistiques à jour existent sur l’impression ou la vente de vinyles au Canada et encore moins au Québec, donc on a dû faire notre étude de marché, on a monté notre tableau de statistiques et on a prouvé à nos créanciers que le projet est viable et qu’il répond à un besoin réel.

 

Après, on tenait absolument à s’installer au centre-ville pour être près des gens. Avoir une presse à vinyles requiert plusieurs contraintes au niveau des installations. On a flirté avec quelques locaux dans St-Roch durant la dernière année avant de tomber sur la perle rare! Le projet de presse à vinyles jumelée avec le café-disquaire est sans précédent sur la planète (!!!), donc il a fallu réévaluer nos besoins à quelques reprises afin de trouver l’endroit idéal pour opérer une presse, mais aussi pour créer un lieu confortable et accueillant pour le public. 

 

Alexis Taillon-Pellerin

4. Avec qui avez-vous fait affaire pour votre identité visuelle?

 

Ce sont les magnifiques humains chez Studio Nord-Est, à Québec, qui se sont occupés de notre identité graphique!

 

 

5. En quoi La Société des Loisirs va changer l'industrie du disque au Québec et quelle influence portera-t-elle sur votre clientèle ?

 

On ne prétend pas changer l’industrie du disque de quelconque façon. On reprend le flambeau de cette industrie qui date du milieu du 20e siècle, mais en ayant la chance d’opérer de l’équipement moderne.

 

Notre postulat est plutôt qu’on a la chance d’évoluer dans un marché culturellement riche et on a la chance d’avoir une myriade d’artistes incroyables, mais qu’aucune infrastructure n’était en place au Québec depuis 2015 au moment de lancer notre entreprise. On désire donc se rendre disponible d’abord et avant tout pour nos artistes afin qu’ils aient accès à un service abordable et rapide.

 

De plus, on travaille avec des fournisseurs locaux, autant pour l’impression des pochettes que pour l’approvisionnement en PVC afin d’en faire un produit local au maximum. On offre également la chance aux artistes de passer imprimer avec nous. C’est une façon de célébrer le vinyle, qui est selon nous un objet de niche, de démocratiser le processus et de créer une plus-value sur le disque pour le consommateur.

 

On espère que notre clientèle se retrouvera dans nos services.

 

 

6. Quels produits allons-nous retrouver au niveau du café?

 

Le café est torréfié par De Mello, notre thé provient de chez Sebz et nous offrons les produits d’une boulangerie de la ville dans notre magnifique vaisselle faite main par une artiste près de Québec! 

 

 

7. Quelles sont les heures pour venir vous dire bonjour?

 

Nous serons ouverts de 7h à 19h du lundi au vendredi et de 8h à 17h le week-end. L’ouverture est prévue pour début avril et la date officielle sera annoncée sous peu! On à hâte de vous voir! 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

You Might Also Like:

L'impératrice fait son retour avec « Fou » accompagné d'un clip signé Edie Blanchard

April 9, 2020

Orville Peck Returns With “Summertime” New Track & Video

April 2, 2020

1/15
Please reload