© 2017 by IC3Y MAG. Proudly created with Wix.com

Tête-à-tête avec: Rymz

December 9, 2017

Quelques jours après le lancement de son album Mille Soleils et le fou spectacle au Club Soda, j'ai rencontré le rappeur québécois Rymz pour lui parler de ses nouvelles chansons, ce qui il pense du rap québécois, de l'ADISQ et beaucoup plus!

 

 

Crédits photo: Marc Desrosiers 

 

 

Comment as tu  commencer à faire du rap?

 

Au secondaire j’écrivais déjà des petits poèmes. Le rap c’est ce qui était le plus facile pour placer mes poèmes. Je n'aurais pas pu faire du rock, peut-être du heavy métal un peu mais le monde n'aurais pas nécessairement saisi.

 

Qui sont les artistes qui t’inspirent?

 

Y’en a vraiment beaucoup! Écoute ça change à tous les semaines. Au niveau du style j’aime bien A$AP Rocky. Il représente un peu ce que je voulais amener dans le rap québécois. Je trouvais qui manquait de style, tout en restant moi-même, je trouvait qui avait un look qui laissait à désirer les rappeurs québécois et je trouve que ça contribuait à la mauvaise image du rap. Quand je te parlais de l’ADISQ, le monde nous a vu genre ‘hein vous êtes ben beau’, ils étaient surpris qu’un rappeur peut s’habiller comme ça. Mais pour revenir aux inspirations; Jay-Z j’aimais bien quand j’étais jeune, j’ai beaucoup écouter de rap français comme Fonky Family. Orelsan que j’ai bien aimée récemment, Skepta, 21 Savage. J’écoute toutes sortent d’affaires.

 

Pourquoi as tu appeler ton album Mille Soleils?

 

Parce que l’album je les faites entièrement la nuit. La nuit c’était les miles étoiles que je voyait quand je sortais de cette place-là. Sinon ça représentait le surplus de lumières, genre trop ce n'est pas assez, trop de plaisir mais ça nous tue à quelque part et ça ce sens dans l’album. Je parle beaucoup de plaisir mais des fois ça touche un déplaisir.

 

Comment est-ce que tu continues à avoir des idées et avoir le vouloir de faire un album complet?

 

Ben c’est ça, c’est pour ça que cet album je les faites différemment. J'ai pas travailler chez moi a tout calculé mes textes, j’ai vraiment lancer ça au studio live. Je suis arrivé avec rien, on faisait la musique et je finissais la chanson directe. J’ai changé ma manière de travailler alors ça la amener de nouvelles énergies, c’est un peu ça. Aussi, la vie change. Mille Soleils c’est un peu ça, ta comme miles vies en une seule. Je me regarde il y a dix ans et j’avais une vie complètement différente. Si ta vie a là des changements tu peux toujours crée des trucs intéressent. Le monde y me dit que j’ai changé de style, mais oui! Moi-même j’ai changé, si tu changes pas dans la vie selon moi ça risques d’être plate longtemps

 

 

 

 

Tu as beaucoup de références à Peter Pan dans l’album, ça relie à quoi?

 

Un peu de rester jeunes toujours, de pas faire partie des adultes plates qui ont oublié qui ils étaient et comment ils pensaient quand ils étaient ados. Je m’adresse beaucoup aux jeunes et je travaille avec des jeunes alors je vais toujours garder mon côté fou. C’est vraiment ça. Et l’album au début je voulais l’appeler Junkie Peter Pan mais ça ressemblait trop à Petit Prince et je voulais pas faire la même chose

 

Parle-moi un peu de rage mode

 

Ahah, je sais pas si tu as écouté Petit Prince mais j'ai une chanson qui s’appelle Foutoir et c’est une chanson que tout le monde vire fou en spectacle et je saute dans la foule. Je voulais un peu de la même énergie sur cet album. J’en voulais une deuxième parce que dans les gros festivals, dans les grosses foules c’est vraiment amusant à performer alors j’ai demander à Shash'U ‘écoute y me faut un autre beat fucker de meme’ alors on a travaillé ensemble. Je voulais virer fou et j'ai un jeu, Mortal Kombat, c’est un vieux jeu Playstation où ton personnage peut aller en rage mode ou il devient invincible et quand y frappe ça fait deux fois plus de dommage. Alors, j’ai eu une idée en créant la toune et en jouant à sa genre ‘ok sur cette toune-là on vire rage mode’ c’est vraiment juste ça, pour virer fou en show

 

C’était vraiment fou au Club Soda!

 

Ouias! Shash'U c’est un gars qui aime beaucoup les vieux jeux vidéos alors quand je lui est parlé de cette idée la il a viré sur le top! C’est lui qui dit ‘rage mode’ dans la toune. C’était vraiment pour faire un truc avec mon DJ. C’est vulgaire et c’est un peu n’importe quoi mais c’est le fun à faire en show et c’est ça le but

 

Quelle chanson a été la plus dur à écrire?

 

Je te dirais Mile Soleils. Mais, comme je t'ai dit cet album j’ai moins été concentrer dessus, je les garrochais alors y'en à aucune qui a été vraiment dur à écrire. Les tounes qui ont été dures je les est coupé de l’album. Ils étaient drop ‘down’ mais je pense que je vais les sortir plus tard. Ils étaient rendus trop 'deep' et ce n'est pas ça que je voulais. Je voulais que ça sois le fun à faire en show. Comme Junkie Peter Pan je l’avais coupé pour le vibe mais en show elle est vraiment cool alors ont la garder.

 

C’est quoi les paroles dont tu es le plus fière?

 

J’aime bien la toute Petite Sauvage. Elle je me suis plus assis en pensant aux enfants et à tout ce qui vivait. Comme: petit sauvage ou grand roi nos vies sont faites de grands froids le soleil éteint de l'enfance, peut-être déteint en moi. C’est plus mon style original, comme pourquoi j’ai commencé, c’est plus mon style de poème à la base alors j’aime beaucoup celle-là.

 

 

Crédits photo: Marc Desrosiers 

 

 

Donc, tu as été nominee au Gala ADISQ, comment c’était cette expérience-là?

 

Je n'ai pas gagné mais ce n'est pas grave c’était vraiment le fun! J’ai gagné le prix du public et pour moi c’est ça qui représente le plus. C’est gala là c’est juste cool pour qu’après y peuvent te prendre au sérieux, si ça peut faire que je peux collaborer avec d'autres artistes, pas nécessairement rap. Si ça peut juste m’aider c’est nice. Ça nous donne une sorte d’accreditation.

 

Dans Carpe Diem tu dis “ j'irai montré mon dick au gala de l'ADISQ"

 

Ahaha je l’avais écrit avant parce que jamais je n'aurais pensé aller au Gala ADISQ. Mais non, je les pas montrer, malheureusement. Ça aurait fait un beau drame ahah ah

 

Ouias, en plus l’année que le rap reviens dans le gros gala, ça aurait été trop drôle! Comment est ce que tu te sens à propos du mouvement du rap Québécois en ce moment?

 

Ben c’est nice! Pour vrai, ce n'est pas mon métier alors je ne suis pas trop comme ‘yes les portes sont ouvertes’ mais je prends ce qui a à prendre. Je suis toujours fière quand je vois quelqu’un réussir, que ce sois dans n’importe quel milieu. Je suis content si les gens qui font de la bonne musique peuvent être payés avec ça.


Tu es dans Joy Ride Records, c’est comment être dans un label comme ça?


C’est nice! C’est Silence D’Or qui est devenu Joy Ride alors c’est tous les mêmes gars qui travaille ensemble ça fait 4 ans maintenant. Il ya David Lee qui est mon coloc et y a fait la tournée avec moi. Quand un artiste signe avec Joy Ride c’est vraiment quelqu’un qui est déjà dans la famille, y a pas un inconnu. On est en train de construire quelque chose ensemble et quand c’est la sortie d’un des gars tout le monde y va ensemble pour faire rayonner ça. Ça nourrit vraiment ma vie. Ça explique pourquoi je fais encore la musique, si je n'avais pas cette équipe la je serais plus secret dans mes créations.

 

 

Écoutez Mille Soleils maintenant! 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

You Might Also Like:

Interview with Sophia Bel: A Wicked Game Story

November 21, 2019

Review: Plastic Scenes, Sex Machine Octopus (2019)

November 20, 2019

1/15
Please reload